< Retour aux actualités

PSA Venise Verte

– Niort, 12 000$, 8 au 12 novembre 2021

Jean Michel Masotti, promoteur du PSA de Niort, a décidé d’octroyer trois Wild Card à trois jeunes espoirs du squash français afin de les aider dans leurs parcours sportifs professionnels :

1/ Paul Gonzalez
2/ Laouenan Loaec
3/ Macéo Levy

Partenaires privés : Bâty Viandes (Frédéric Louveau) – MAIF – Garage Beauchamp – PSI Vila Nova – Woodmann – Avilia – BCE – Alucéa – Zimages – Intermarché

Le Court Central
où se dérouleront les finales,

FOCUS SUR LE PROMOTEUR de Niort :
JEAN-MICHEL MASOTTI
POURQUOI LE SQUASH ? «Quand j’habitais à Clermont-Ferrand, je me souviens que tous les jours je passais devant un bâtiment sur lequel était écrit SQUASH, » raconte Jean-Michel Masotti. « Je ne connaissais pas du tout ce sport, mais je ne sais pas pourquoi à chaque fois ce mot m’intriguait … Ensuite, j’ai tapé mes premières balles à 20 ans, c’était les prémices de la discipline en France. Je viens des sports de combat, et je trouve qu’on retrouve des similitudes avec le squash : il y a l’engagement physique, ainsi que le fait d’être très proche de son adversaire, on peut l’entendre respirer sur le court ! » Son parcours professionnel va ensuite l’emmener à Niort et il y rencontre Jean-Jacques Lucas (aujourd’hui propriétaire du Squash du Marais, où aura lieu le tournoi). Salariés de la CAMIF, les deux hommes jouent ensemble sur le court de l’entreprise. « On a monté une belle équipe, et on a disputé les championnats corpo pendant pas mal d’années, » se souvient Jean-Michel Masotti. « Même si aujourd’hui je joue encore pour le plaisir avec mon ami Éric Lecerf, je ne voulais pas être un vieux compétiteur. D’ailleurs, j’ai arrêté les tournois le jour où mon fils a commencé à s’y mettre sérieusement. »LE SQUASH DE PÈRE EN FILS Si vous suivez le squash, de près ou de loin, le patronyme Masotti ne vous est certainement pas inconnu : Baptiste est aujourd’hui n°2 français, et aux portes du top 20 mondial. « Plus jeune, il était bon dans tous les sports et notamment au foot, » raconte Jean-Michel Masotti à propos de son fils. « Il n’a commencé le squash qu’à l’âge de 10 ans, mais comme il m’avait souvent accompagné quand je jouais, il avait sans doute beaucoup observé. » Pris en charge par Robert Bonabesse – formateur réputé qui s’est notamment occupé de Mathieu Castagnet – à La Rochelle, Baptiste progresse à vitesse grand V au point d’être sacré champion de France en -15, -17 et -19 ans et d’intégrer le pôle France d’Aix-en-Provence. « Quand je repense aux conditions dans lesquelles il a démarré – il n’y avait pas de club à Niort, et il jouait sur le court de la CAMIF – sa carrière est un petit miracle, » ajoute son père. « En senior, il a eu une maturation lente pour arriver là où il est aujourd’hui. En tant que père, c’est un plaisir de le voir évoluer à ce niveau, mais je suis également fier qu’il ait mené son double projet (NDLR : Baptiste a récemment obtenu un Master 2 à la Grenoble Ecole de Management). C’est important en vue de l’après-carrière, et grâce à ça il va maintenant pouvoir être totalement libéré sur le court.
»NIORT À L’HEURE INTERNATIONALE L’Open International Niort Venise Verte fait partie des quelques tournois internationaux organisés en France qui sont parvenus à s’inscrire dans la durée dernièrement. Depuis la première édition en 2015, la dotation augmente régulièrement pour atteindre aujourd’hui 12 000 $.
« On aimerait bien aller plus haut, cependant le contexte n’est pas facile en moment, » confie Jean-Michel Masotti, l’un des piliers de cet événement avec ses amis Jean-Jacques Lucas et Frédéric Louveau (PDG de Bâty Viandes, le sponsor principal). La particularité de cet événement est qu’il se dispute devant des tribunes pleines, ce qui n’est toujours pas le cas sur le circuit Challenger. « La présence d’un joueur local est un avantage indéniable, et la montée en puissance du tournoi a coïncidé avec celle de Baptiste, » ajoute son père. « Mais il a aussi permis de mettre d’autres jeunes en avant, je pense par exemple aux Anglais George Parker et Patrick Rooney.
» La sixième édition – la première sans le chouchou du public, dont l’emploi du temps est désormais accaparé par les joutes du circuit principal – aura lieu du 8 au 12 novembre dans le cadre du Green Squash Tour. « Le tournoi aurait eu lieu dans tous les cas, et je crois que chacun doit garder son identité, » affirme Jean-Michel Masotti. « Néanmoins, je connais très bien les autres promoteurs, et nous sommes ravis de nous inscrire dans cette tournée.
»Article de Jérôme Elhaïk Photo Frédéric Pierre

Découvrez aussi dans la même thématique :